Histoire de la Médecine en Egypte Moderne

Histoire de la Médecine en Egypte Moderne (1)

 http://histmedegyptemod.canalblog.com                                                  Caducée égyptien(1)

 

Consacré à l’Histoire de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie en Égypte moderne – à l’Histoire de la médecine vétérinaire en Égypte moderne – ainsi qu’à l’Histoire de la pensée médicale, ce site constitue la suite logique du premier blog : Histoire de la médecine en Égypte ancienne (http://medecineegypte.canalblog.com) prolongé de celui dédié à la médecine arabe (http://histmedarabeegyp.canalblog.com).

Créé à la demande générale des praticiens égyptiens intéressés par l’histoire de leurs fonctions médicales, et de leurs sources en Égypte antique, ce module particulier proposera des thèmes d’études plus modernes. Parfois, certains travaux seront plus spécialement centrés sur des problématiques en relation avec des éléments apparaissant dès la fin de l’antiquité jusqu’à nos jours afin d’assurer le continuum historique. C’est le cas notamment de plusieurs domaines transversaux comme la lexicologie et la progression de la pensée médicale. D’autres titres pourront signaler et analyser également plusieurs découvertes scientifiques très récemment enregistrées dans la région.

 

Richard-Alain JEAN                                                                  Fawzia HADGE-DIN

 

(1) Caducée construit avec les signes JSech 

© Richard-Alain JEAN & Fawzia HADGE-DIN 

 

En construction

 

FacMedCaire

Projet architectural de la Faculté de Médecine du Caire

(Raoul Brandon, 1924 ou 1925 - Musée d’Orsay, ARO 2002 195 32).

 

Actuellement, voir également :

 

http://cu.edu.eg/Home

 

http://www.medicine.cu.edu.eg/beta/

 

http://www.pharma.cu.edu.eg/

 

http://www.nursing.cu.edu.eg/

 

http://dentistry.cu.edu.eg/

 

http://www.vet.cu.edu.eg/

  

Posté par richardalainjean à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


 

Une femme à la tête du syndicat des médecins égyptiens

Rapporté par Fawzia HADGE-DIN

 

Le Dr Mona Mina est élue secrétaire générale du syndicat des médecins d’Égypte

Le Dr Mona Mina est élue secrétaire générale du syndicat des médecins d’Égypte

 

Le Dr Mona Mina a été élue secrétaire générale du syndicat des médecins d’Égypte. Elle devient à 55 ans la première femme à prendre la tête de cette organisation.

Fondatrice du mouvement contestataire « Médecins sans droits », la pédiatre a organisé des grèves de médecins en 2011 et 2012 pour réclamer la revalorisation des salaires des jeunes médecins et la sécurisation des hôpitaux publics.

Le Dr Mina a tenu un rôle actif pendant la révolution égyptienne, participant notamment au soulèvement contre l’ex-président Hosni Moubarak le 25 janvier 2011, en soignant les manifestants blessés sur la place Tahrir, au Caire.

 

Posté par richardalainjean à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les mutilations génitales féminines en Égypte

WOMENSENEWS

Les mutilations génitales féminines en Égypte

Les campagnes contre les mutilations génitales féminines sont actives en Egypte. Toutefois la bataille contre cette pratique  demandera encore du temps et de la persévérance.

Rapporté par Fawzia HADGE-DIN

 

Anti-FGM Campaigners Mark Progress in Egypt

After the death of 13-year-old Suhair al Bata'a this summer, an intensive awareness campaign about the hazards of FGM/C reached into 11 governorates across Egypt. But advocates say the battle against a practice dating back to the age of the Pharaohs will take time and persistence.

 

CAIRO, Egypt (WOMENSENEWS)-- Egyptian gynecologist Dr. Randa Fakhr Eldeen still remembers the horror she felt 20 years ago at seeing a victim of female genital mutilation, or cutting, for the first time.

The girl, only about 10 years old, had been rushed to Manshiet el Bakry Hospital's emergency room in the capital, suffering massive blood loss. Eldeen, still in training, said she was confused by the girl's life-threatening injuries.

"I didn't know what had happened because we don't practice FGM/C in my family . . . It's not taught in medical school . . . She was unconscious and we had to give her [several] blood transfusions. I think she was given six bags of blood. She was going to die and her mother [kept] crying about her hymen," recalls Eldeen. "I couldn't stay in the emergency room. I had to leave. I was crying."

FGM/C, also known as female circumcision, has a long history in Egypt. She says the practice came from Ethiopia during the Pharaonic era. In 2007 the practice was outlawed after the death of a 12-year-old in Minya. Nonetheless, the vast majority of women between 15 and 49 have endured the procedure. A 2008 Egyptian Demographic and Health Survey (DHS) of women married at least once puts the estimate at 91 percent.

The procedure usually involves cutting off the clitoral hood, clitoris and some or all of the labia. Sometimes the wound is stitched together, leaving just a small orifice for urination. Many here see it as a tenet of Islam, despite widespread debate among Muslim scholars on the topic. Others treat the procedure as a "coming-of-age" milestone that ensures their daughters will not be promiscuous in a country that stigmatizes premarital sex, particularly for women.

Teen Dies in Hospital

The issue flared up in the media over the summer after 13-year-old Suhair al Bata'a died undergoing the surgery in a hospital northeast of Cairo. The family's lawyer said a health report showed the teen died of "a sharp drop in blood pressure resulting from shock trauma."

The practice might be illegal, with fines and jail time mandated by law, but few have been prosecuted. Before, many sought out village midwives, known as dayas, but nowadays Egyptians are turning to modern medicine. Experts say families believe their daughters will be safer under the care of doctors, and medical professionals are all too willing to provide their services for a fee.

In response to Suhair's death, the nongovernmental Coalition Against FGM/C launched the Kamla (Complete) campaign in June. The campaign included workshops, public information sessions and summer programs hosted in 11 governorates across Egypt.

Eldeen, the project coordinator, says her team's aim is to challenge the status quo and give girls bodily autonomy.

"[FGM/C] is accepted because it is a tradition that people think benefits girls," she says. "If you want to change things, you have to change how a person thinks. This has nothing to do with her health. We have to protect their bodies. They're young girls; they can't protect themselves, so we have to prevent this kind of violence."

The program also seeks to give women affected by FGM/C a safe place to talk about what is often a painful and risky procedure that can result in permanent scarring, infections, cysts, infertility, complications in childbirth and pain during intercourse.

Although 23-year-old Mona (not her real name) spends most of her time working on the coalition's finances as an assistant, she truly shines center stage at Kamla workshops where she speaks to children and teens of both sexes about FGM/C. Usually her audience is reluctant to speak about such a personal topic until Mona shares her own story.

"I was 8 or 9. I lived in a very poor area. My family brought a daya and she cut me. [Afterward] I stayed in bed for a week and a half because I was so small and bled so much," Mona says.

Speaking Up

She got involved with the coalition after attending a talk hosted by Eldeen. Not wanting her three younger sisters, aged 15, 8 and 5, to undergo the same ordeal, she spoke up, and convinced her mother that FGM/Chad nothing to do with preserving a girl's honor or Islam.

"Working for the coalition gave me more confidence. I feel better now that I have an understanding of what happened to me and how to overcome it," Mona says.

So far, Kamla's message has reached hundreds of government workers, nongovernmental organizations, educators, health advocates and religious figures, in addition to over 2,300 children and families. The Kamla campaign has also made a mark online, with more than 169,000 users viewing its Facebook page or the coalition's videos.

Journalist and author Shereen El Feki say similar movements to curb the practice have been around for decades. But it was in 1994 that the government of deposed President Hosni Mubarak began to give real backing to national anti-FGM/C campaigns with the help of numerous international and domestic nongovernmental organizations. In her  book "Sex and the Citadel," which examines sexuality in Egyptand the Arab world, El Feki describes some gains for campaigners.

According to research she cites in her book, almost every Egyptian woman over 45 has been circumcised, but among teens between 15 and 17 that figure is lower at 80 percent. The numbers are lower still when it comes to wealthier or urban residents as well as families with mothers with high school or post-secondary education. Some even predict the national average will fall to 50 percent among 18 year olds over the next 12 years or so.

"Until we have the latest DHS figures . . .  it's hard to tell‎ national trends. But certainly evidence up to 2011 showed that FGM was decreasing substantially in certain populations," El Feki said an email interview. But in her opinion, FGM/C will remain prevalent until Egypt's cultural paradigm shifts.

"The forces that drive FGM are deeply rooted in society, which is why it takes so long to make a dent in the practice. I would argue that FGM is one of the few subjects related to women's sexuality that is not taboo inEgypt," she said. "For many women in Egypt, circumcision is a point of pride, not a shame to conceal."

 

 

Posté par richardalainjean à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 novembre 2013

Excision en chute libre en Egypte

En Egypte : l’excision enfin en chute libre !
Rapporté par Fawzia HADGE-DIN
L'excision est en net recul en Haute-Egypte, où une campagne avait été lancée en 1994 par l'Unicef pour mettre fin à cette pratique ancestrale. 50,3 % des filles âgées de 15 à 19 ans ont été excisées en 2010, contre 97 % en 2003. Tournée à Qéna, à 500 km au sud du Caire. 
 
« L’excision ? C’est abominable, madame. Je n’en dirai pas plus », dit Oum Fatma, en baissant les yeux. Cette femme a un peu honte de parler de sa propre expérience sur l’exci­sion, mais quand on a insisté un peu, elle raconte son histoire : « On m’a coupé le clitoris et les petites lèvres. A chaque accouchement, c’était le calvaire : des douleurs atroces et des déchirures. J’ai même peur d’avoir d’autres enfants car chaque grossesse signifie pour moi d’énormes souffrances. Lors des rapports sexuels avec mon mari, je n’éprouve aucun plaisir », confie Oum Fatma, qui fait partie de ces femmes qui ont été obligées à respecter cette coutume. Mais elle s’est juré de protéger ses filles. Son mari la soutient dans son combat contre l’excision. « Je ne veux pas que mes 6 filles subissent le même sort que moi. Heureusement, leur père fait preuve de com­préhension », note Oum Fatma.

En septembre dernier, une cérémonie a été orga­nisée au village d’Al-Hella, dans le gouvernorat de Qéna (500 km au sud du Caire), pour annoncer la fin de l’excision au village. Les maires et les notables de différents villages ont été conviés à cette fête de même que des personnalités fémi­nines, telles que l’ancienne ministre des Affaires sociales, Mervat Al-Talawi. Il y avait également des cheikhs d’Al-Azhar, des gynécologues, des représentantes de l’Unicef et des responsables du Conseil national de la maternité et de l’enfance.

Le village d’Al-Hella était en lutte contre l’exci­sion depuis 3 ans. Il n’est pas le seul à combattre cette pratique nuisible à la santé de la femme. Plus de 2 000 villages sur 4 000 au sein des 4 gouver­norats de Haute-Egypte (Minya, Assiout, Sohag et Qéna) ont décidé de bannir cette coutume ances­trale. Un projet, lancé en 1994 par l’Unicef en coopération avec le Conseil national de la mater­nité et de l’enfance, le ministère de la Santé et Al-Azhar ainsi que différentes ONG, vise à mettre fin à cette pratique néfaste dans ces 4 gouverno­rats. En Haute-Egypte, comme d’ailleurs dans le reste du pays, des études montrent que la grande majorité des femmes ont subi des mutilations géni­tales. Le projet Halte à l’excision a commencé par les villages de Haute-Egypte, où le taux d’excision est le plus élevé. Sur un échantillon de 14 779 femmes en Haute-Egypte, le taux de celles qui ont été excisées en 1995 a été de 96 % (tranche d’âge comprise entre 15 et 49 ans). D’après la toute der­nière étude du ministère de la Santé, 97 % des femmes ont été excisées en 2003. Mais, il semble que les choses sont en train de changer. En 2010, seules 50,3 % des femmes de Haute-Egypte ont été excisées.

Selon Mona Khitane, responsable au Conseil national de la population, 70 % des habitants ont abandonné l’excision dans 8 villages sur les 22 du gouvernorat de Minya. « C’est le résultat d’une longue lutte de 15 ans contre cette pratique millé­naire », affirme Dr Ahmad Abdel-Hamid, adjoint au ministre de la Santé.

Une approche positive

Lors du lancement de la campagne en 1994, les chiffres étaient choquants. Sur 10 femmes, 9 étaient excisées, des musulmanes et des chrétiennes dont l’âge varie entre 15 et 49 ans. Le but du Programme national pour la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) est de sensibiliser les différentes communautés du point de vue religieux, sanitaire, social et culturel pour faire disparaître cette pratique qui transgresse les droits de la femme. Mais pour réaliser ce défi, les représentants de l’Unicef en Egypte ont adopté une « approche positive » basée sur le fait qu’une femme peut convaincre une autre femme et idem pour les hommes. L’Unicef a demandé l’aide des maires, des chefs des villages, des personnalités religieuses, mais aussi des femmes instruites et même celles qui sont analphabètes car ce sont elles qui excisent ou font exciser leurs filles. Awatef Ramadan est une habitante du village de Manfalout en Haute-Egypte. L’émotion avec laquelle cette enseignante de 45 ans s’est exprimée a fait d’elle une candidate parfaite pour le programme Halte à l’excision. Alors qu’elle avait 6 ans, Awatef a entendu sa soeur hurler de douleur. « Ma soeur aînée, qui avait 11 ans, devait se faire exciser et je faisais partie des femmes de la famille qui assistaient à cet événement. J’ai entendu ma soeur hurler de douleur, et puis nous nous sommes rendu compte qu’elle saignait abondamment. Ma mère a eu peur et s’est mise à crier. Il a fallu transporter ma soeur d’urgence à l’hôpital. Elle a été sauvée de justesse », se souvient Awatef. Cette expérience atroce est restée gravée dans sa mémoire. Quelques années plus tard, ce fut son tour. « C’était la période des vacances scolaires, la période où traditionnellement, les filles se font exciser. La daya (sage-femme du village) est arrivée chez nous et j’ai compris ce qui m’attendait », ajoute-t-elle. Se rappelant les souffrances de sa soeur, Awatef a compris qu’elle ne pouvait se soumettre à un tel destin. Lorsque la daya a voulu s’approcher d’elle, Awatef a préféré s’enfuir. Elle s’est réfugiée chez sa tante, une femme instruite et convaincue de la nécessité de bannir cette pratique.

Le programme de l’Unicef a été mis en place en coopération avec l’Association pour l’enfance et le développement d’Assiout. D’ailleurs, même avant le lancement du programme, Awatef avait réussi à convaincre ses frères et ses soeurs de ne pas imposer l’excision à leurs filles. Depuis qu’elle a terminé ses études, Awatef parle des MGF avec les élèves de l’école secondaire où elle enseigne. Elle se rend également à domicile pour rencontrer les membres de leurs familles et tenter de leur faire changer d’avis sur cette pratique. Son succès est tel que certains de ses élèves ont monté une pièce de théâtre intitulée Non aux MGF, qui a été jouée devant un large public à Manfalout. C’est l’histoire d’une jeune fille qui refuse de se soumettre à l’excision et essaie de convaincre ses parents de ne pas lui imposer une telle pratique douloureuse.

3 formes d'excision

En Haute-Egypte, les filles entre 3 et 12 ans doivent être excisées. Il existe 3 formes de mutilations : La première est la plus simple, nommée la clitoridectomie. Elle consiste en l’ablation partielle de la partie externe du clitoris. La deuxième s’appelle également clitoridectomie, mais elle est accompagnée de la suture des petites lèvres. Quant à la troisième forme nommée l’excision « soudanaise » ou « pharaonique », elle consiste à couper les petites et les grandes lèvres. Et cette forme est la plus horrible. « Même si on appelle cette dernière la méthode pharaonique, les études ont montré qu’aucun cas d’excision n’a été enregistré à l’époque des pharaons. Seuls les garçons étaient circoncis (ablation du prépuce). Les femmes sont convaincues que le fait d’exciser leurs filles est plus hygiénique alors que c’est le contraire : Si la fille est excisée, cette partie du corps est toujours souillée soit par le flux menstruel ou l’urine », explique Olfat Gad, présidente du projet Non à l’excision au gouvernorat de Qéna et ancien membre de l’ONG Feda.

Jadis, c’était par groupe de 10 ou de 15 qu’on emmenait les filles âgées de 3 ans à 12 ans dans une maison et l’une après l’autre, elles devaient se soumettre à cette pratique. L’excision a lieu généralement en été. Parure de fête et de tatouage au henné, la fille est préparée à cet événement comme pour se rendre à un bal. Et elle ne savait pas ce qui l’attendait. Si l’excision est pratiquée par une sage-femme, elle subissait la dernière forme la plus barbare, soit l’excision soudanaise ou pharaonique. Mais si elle est excisée par un gynécologue, il appliquait la première ou la deuxième forme. Cette coutume traditionnelle se transmet de génération à génération en Haute-Egypte. «Beaucoup de parents pensent que l’excision est essentielle pour préserver la réputation de leurs filles. D’ailleurs, si les filles ne sont pas excisées, elles ne trouvent pas de maris. Et une mère digne de ce nom ne souhaiterait pas cela à ses filles. En fait pour les villageois de la Haute-Egypte, l’excision permet de préserver la chasteté de la jeune fille, elle réduit ses pulsions sexuelles, de façon à assurer sa virginité jusqu’au moment de son mariage », ajoute Olfat Gad.

En fait, les parents en Haute-Egypte sont conscients qu’aucun homme n’accepterait d’épouser une fille non excisée. La raison est simple. Tout le monde se moquerait de lui. « C’est la raison pour laquelle les membres du projet de l’Unicef ont insisté sur le fait de travailler sur 4 villages en même temps. On a commencé par les professeurs des écoles car ce sont elles qui pouvaient convaincre les filles et leurs parents, et leur faire comprendre que c’est mauvais pour la santé. On a discuté avec les femmes dans les marchés et les filles, les plus concernées … », confie Manal Fawzi, native d’Assiout, et qui travaille avec l’Unicef depuis 1994. Des séminaires, des ateliers, des comités de protection des enfants ont été créés dans les villages de Haute-Egypte, pour sensibiliser la population. L’Unicef et le Conseil national de la maternité et de l’enfance parlent des effets néfastes de cette pratique depuis 1994. Les parents commencent à réaliser ce que risquent leurs filles. « Quand j’ai assisté aux différents ateliers, j’ai compris ce que mes deux filles ont subi : ma fille aînée pleurait, elle avait perdu beaucoup de sang, elle avait aussi perdu connaissance. Tandis que la cadette avait fait une rétention urinaire dont j’ignorais les causes », se souvient Oum Afrah, 35 ans, analphabète et habitant du village d’Al-Kom Al-Ahmar, situé à Farchout, à 80 km de Qéna. Oum Afrah a pris la décision de ne pas exciser ses deux autres filles, âgées respectivement de 3 et 5 ans. « Mon mari m’a dit de suivre les conseils des gynécologues », ajoute-t-elle avec satisfaction.

Au début du projet, le personnel de l’Unicef et les membres des ONG ont rencontré beaucoup de problèmes. « Les habitants nous reprochaient d’être venus des Etats-Unis pour entraîner leurs filles à la dérive et d’être payés pour cet objectif. Les hommes du village de Naghamish, situé à 60 km de Sohag, ont tiré sur nous pour nous intimider et nous empêcher de revenir », raconte l’un du personnel de l’Unicef.

Dans les villages de Haute-Egypte, la tradition et les pressions sociales sont si fortes que les familles acceptent de faire exciser leurs filles tout en sachant les effets néfastes de cette pratique.

Aujourd’hui pourtant, les femmes au foyer, analphabètes ou instruites, répètent ce que les gynécologues ont dit à propos des effets néfastes. « Il y a des risques d’hémorragie pendant l’opération, des cystites à répétition plus tard, risque de déchirure lors de l’accouchement ou de douleur inévitable lors des rapports sexuels avec le mari sans compter les effets psychologiques, tels que les cauchemars et l’anxiété », cite Fakiha, qui essaie de se rappeler les discours des spécialistes en faisant la comparaison entre ce qui passe autour d’elle et ce qu’elle entend au sein de l’ONG.

Et ce n’est pas tout. Les femmes de Haute-Egypte commencent à comprendre que le divorce, les disputes et les problèmes de couple sont les conséquences de cette pratique. « Je n’ai jamais pu avoir de rapports normaux avec mon mari. Je n’ai jamais eu envie de faire l’amour, et je ne ressens aucun plaisir à coucher avec lui », explique Oum Mina, excisée à deux reprises parce qu’il restait un petit bout à inciser. Traumatisée, Oum Mina a décidé, en accord avec son époux, de ne pas faire exciser ses 3 filles.

Azza Kamal, présidente du projet Halte à l’excision à Sohag, mobilise les chefs religieux chrétiens et musulmans pour convaincre les villageois de mettre fin à cette pratique. « Je dis aux gens que s’ils aiment réellement leurs filles, ils doivent prendre soin d’elles et veiller à ce qu’elles reçoivent une bonne éducation. C’est bien mieux pour elles et pour leurs futurs maris que l’excision », dit Azza Kamal avec assurance.

En fait, c’est bien la première fois que les habitants de Haute-Egypte parlent aussi ouvertement. «Le but de ces campagnes de sensibilisation était de casser les barrières du silence et de parler d’un sujet extrêmement sensible et tabou pour les femmes », affirme Nevine Saad, habitante de Minya, et qui travaille avec l’Unicef depuis 1997. « Avant le lancement de ces campagnes de sensibilisation, les villageoises elles-mêmes étaient conscientes de leurs problèmes de santé et de couple dus à l’excision, mais elles étaient obligées de suivre cette coutume ancestrale que leurs mères et grands-mères avaient subie », ajoute Nevine avec fierté

Les responsables de la campagne anti-excision se sont fait des frayeurs sous le président déchu, Mohamad Morsi, lorsqu’un député salafiste du parti Al-Nour, Nasser Chaker, a dit en mai 2012 que l’excision est « une pratique islamique ». Des rumeurs ont circulé dans toute l’Egypte, surtout dans les villages de Haute-Egypte, affirmant qu’un bus du Parti Liberté et justice allait se rendre dans les villages pour pratiquer des excisions « médicalisées ».

Aujourd’hui, les campagnes anti-excisions se poursuivent. Des séminaires religieux sont organisés en présence du cheikh Mohamad Wessam, directeur du département des fatwas à Dar Al-Iftaä. « Il n’existe aucun hadith ou sourate qui encourage les gens à faire exciser leurs filles », dit-il. Et cela apparaît très clairement dans la sourate Al-Tine, verset 4 : « Nous avons certes créé l’homme dans la forme la plus parfaite ». Cela veut dire que chaque organe du corps humain a ses fonctions et que donc on n’a pas le droit de transformer la création de Dieu. CQFD ... !

 

Posté par richardalainjean à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 octobre 2013

Conseils Vétérinaires pour l'Aïd al Idha

Conseils pratiques de Médecins Vétérinaires pour l'Aïd al Idha

11 octobre 2013, 18:13

Dr M. HENI* - Pr Ag. S. BEN YOUSSEF**

 

Afin de fêter un aïd « sans risques » pour le consommateur et l’environnement, nous vous présentons dans ce document quelques conseils pratiques que vous pouvez suivre de l’étable à la table.

 

1. Choix de l’animal à l’achat

  • Observer l’animal  debout à 4 pattes
    • La tête doit être relevée de nature avec un regard horizontal, sauf si l’animal est en train de brouter
    • Attention aux animaux qui «cherchent les étoiles »
  • Observer l’animal en marche
    • Les animaux boiteux ne sont pas sains
    • Les moutons marchent la tête maintenue horizontale
  • A la palpation
    • Rechercher les traces de plaies (traces de sang, …)
    • Palper les membres à la recherche de masses au niveau des articulations
    • Palper les épaules à la recherche de masses molles ; signe d’abcès
    • La toison doit être entière sans traces de morsures (signe de démangeaisons).
  • Examiner les narines (traces de jetage, signe de « rhume ») et le rectum (traces de diarrhée)

 

2. Transport de l’animal vif

  • Eliminer de la cabine du véhicule tous les objets tranchants et les bidons de produits chimiques !
  • Attention au fils de fer
  • Prévoir une litière en paille ou en vieux tissus épais (vieille couverture…)
  • Eviter les trajets de plus de 90 minutes
  • Aérer modérémement l’engin

 

3. Séjour à la maison

  • Contention
    • L’animal peut être attaché mais attention aux objets contondants et tranchants.
    • Veiller à maintenir un espace qui permet l’introduction aisée de 3 doigts entre le cou de l’animal et le ruban d’attache.
    • L’animal peut se retourner sur lui-même et s’étrangler ou se faire un garrot autour d’un membre, une surveillance est requise toutes les 30 minutes.
    • Le risque serait moindre sans attaches ; il suffit de mettre des obstacles non tranchants autour du mouton et il restera sage. Le mouton n’est pas un animal sauteur.
    • Eviter que d’autres animaux (chiens chats) s’approchent de lui pour éviter le stress.
  • Alimentation
    • Prévoir de l’eau à volonté.
    • Fournir du foin ou de la paille.
    • Il n’est pas nécessaire de se procurer tous les aliments qu’on propose car ce n’est pas dans la dernière semaine qu’il va gagner des kilos.
    • Eviter d’ajouter le fenugrec (حلبة) car son goût persistera dans la viande.
    • Sauf prescription du Médecin Vétérinaire, ne pas donner de médicaments, ils risquent de persister dans la viande et les abats. 

 

4. Préparation de l’abattage

  • La diète
    • 12 heures avant abattage, écarter toutes sources d’alimentation et ne laisser que l’eau. L’animal doit « se reposer » pour éviter la dispersion des bactéries. 

 

5. Abattage et inspection

  • Abattage
    • Veiller à assurer une bonne contention de l’animal. Relier 3 membres au minimum par une corde mais sans serrer.
    • Utiliser un couteau bien aiguisé.
    • Ecarter la tête vers le dos du corps après saignée pour dégager la voie au sang.
    • Utiliser un couteau propre.
    • Le couteau de saignée devra être lavé et désinfecté avant autre utilisation.
    • Eviter le soufflage par la bouche.
  • Dépouillage 
    • Veiller à ce que la viande ne soit pas mise en contact avec la toison.
  • L’éviscération doit être faite dans les 30 minutes au maximum !
    • Attention à ne pas perforer les abats digestifs ; leur contenu ne doit pas souiller la carcasse
  • Inspection des organes
    • Carcasse 
    • Inspecter la zone de l’épaule ; si une masse se présente avec un contenu verdâtre, éliminer la et éviter les grillades.
    • Poumons 
    • Remplir d’eau et palper
    • Les traces de sang peuvent être épluchées
    • Les « boutons » durs peuvent être épluchés
    • Les kystes sous tension ne doivent pas être manipulés, dans ce cas, saisir l’organe en entier
    • Foie 
    • Kyste sous tension, agir comme pour le cas du poumon
    • « Boutons durs » ; épluchage

 

Pour toute autre situation, nous vous prions de contacter systématiquement le Médecin Vétérinaire le plus proche pour prendre les mesures nécessaires.

La liste des Médecins Vétérinaires bénévoles le jour de l’aïd sera publiée sur les journaux.

 Ne pas donner les organes, ou parties d’organes, saisies à manger aux carnivores !

  • Ces derniers doivent être enfouis au sol entre deux couches de chaux, avant de recouvrir le tout par de la terre
  • Veiller à respecter la chaine de froid pour la viande et les abats
  • Ne pas utiliser un couteau, ayant servi à la découpe des viscères digestifs, à d’autres fins sans lavage et désinfection

 

6. Grillades

  • Pour prévenir la persistance des pathogènes, il est conseillé d’assurer une bonne cuisson de la viande, préférer ainsi le « bien cuit » au « saignant »  et au « bleu ».

 

   *Dr M. HENI : Quali-Consult

** Pr Ag. S. BEN YOUSSEF ENMV Sidi Thabet

 

Ce document a été inspiré en grande partie de CONSEILS SANITAIRES POUR L’AID AL ADHA, ONSSA.

 

 

Les différentes pièces du mouton
- 1 Collier ou collet
- 2 Epaule
- 3 Poitrine
- 4 Haut de côtelettes
- 5 Gigot raccourci
- 6 Côte de gigot
- 7 Selle
- 8 Côtelettes filet
- 9 Côtelettes premières
- 10 Côtelettes secondes
- 11 Côtelettes découvertes

Les différentes pièces du mouton - 1 Collier ou collet - 2 Epaule - 3 Poitrine - 4 Haut de côtelettes - 5 Gigot raccourci - 6 Côte de gigot - 7 Selle - 8 Côtelettes filet - 9 Côtelettes premières - 10 Côtelettes secondes - 11 Côtelettes découvertes

Posté par richardalainjean à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04 octobre 2013

Hommage au Docteur Mohamed Helmy

 

Un médecin égyptien reconnu comme le premier arabe à avoir sauvé des juif

 

Docteur Mohamed Helmy a mis sa vie en danger pour sauver des juifs dans l'Allemagne nazie. Il est le premier arabe à figurer parmi les «Justes».

 

Docteur Mohamed Helmy rejoint les rangs des «Justes parmi les nations qui ont mis leur vie en danger pour sauver des juifs». Ce médecin originaire d'Egypte étudiait la médecine à Berlin quand il a été arrêté par les nazis. Pour avoir sauvé la vie de quatre juifs,l'homme figure aujourd'hui parmi les 24.911 Justes recencés par Yad Vashem, le musée de l'Holocauste, à Jérusalem.

Comme le précise le site Christian Science Monitor, l'homme est le premier arabe à être honoré en l'espace de 50 ans. Pourquoi cette reconnaisssance survient-elle aussi tard? Le département de Yad Vashem dédié aux Justes vient seulement de recevoir des lettres de juifs indiquant qu'ils avaient été soignés par le docteur Mohamed Helmy.

En 1922, le jeune Egyptien avait décidé de poursuivre ses études de médecine, puis de travailler dans un hôpital de Berlin. Mais très vite, ses ambitions sont contrecarées par la politique raciale d'Adolph Hitler.Mohamed Helmy est arrêté en 1939 et détenu pendant un an.

Après sa libération, l'une de ses patientes juives, Anna Boros, lui demande son aide. Mohamed Helmy accepte. Au début, il la cache dans une cabane qu'il possédait à Berlin, puis la fait déménager chez plusieurs amis pour brouiller les pistes. Par la suite, il acceptera d'aider trois amis proches de sa patiente.

La reconnaissance des Justes parmi Nations est inspirée de la Mishna, la première source rabbinique obtenue par compilation écrite des lois orales juives:

«Quiconque sauve une vie, sauve tout un univers.»

 

Rapporté par Fawzia HADGE-DIN

 

Posté par richardalainjean à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 septembre 2013

Médecins sans Frontière - Egypte (2)

MSF l'action continue 

 med s Front

Rapporté par Fawzia HADGE-DIN

 

MSF SOUTIENT DES HÔPITAUX

ET ANTICIPE LES BESOINS

 

Lorsque c’est nécessaire, MSF fournit des médicaments ou du matériel chirurgical aux structures de santé qui sont en première ligne.

 

Depuis le début, fin juin, de la récente escalade de violence en Egypte, l’équipe de MSF présente au Caire maintient un contact étroit et régulier avec les principales structures médicales publiques et privées, tant dans la ville que dans d’autres zones affectées dans le pays. L’équipe a fourni du matériel médical et des médicaments à des hôpitaux des deux côtés des affrontements.

MSF est en contact avec un réseau de médecins volontaires égyptiens qui tentent de répondre aux besoins immédiats des victimes là où les violences se déroulent, ainsi que dans les hôpitaux publics qui reçoivent les blessés. L’équipe de MSF identifie des besoins spécifiques, comme une pénurie de médicaments ou d’équipement chirurgical, et fournit un soutien quand c’est nécessaire. MSF vient ainsi de faciliter des dons de médicaments, de matériel médical et d’équipement chirurgical à l’hôpital Al Hussein, dans le centre du Caire, et à l’hôpital Al Arish dans la région du Sinai, dans le nord du pays. Des donations ont également été effectuées à un groupe de médecins gérant une clinique à proximité des sites où les violences ont lieu.


“Notre priorité est de nous assurer que le système de santé égyptien et la société civile sont en mesure de faire face de manière adéquate aux afflux de blessés et que les personnes qui ont besoin de soins les reçoivent”, explique Mario Stephan, coordinateur des opérations de MSF. “Il y a une mobilisation significative tant du système de santé public que d’organisations de la société civile. Jusqu’ici, ils ont été en mesure de répondre aux besoins médicaux qui sont apparus avec la crise actuelle.”

 

Anticiper les violences

 

Outre les hôpitaux publics, des hôpitaux de campagne additionnels ont été mis sur pied par des organisations locales pour prendre en charge les blessés. “Quand les violences éclatent, l’accès aux zones affectées est extrêmement difficile, voire impossible, en raison des barrages routiers et de l’insécurité”, ajoute Mario Stephan. “Ce sont donc généralement les médecins déjà présents sur place qui fournissent l’essentiel de l’assistance médicale.”


 

Formations

 

Pour anticiper les manifestations du 30 juin dernier, avant la flambée de violence actuelle, MSF a mené des formations et fourni du matériel médical et des médicaments à des médecins volontaires égyptiens afin de leur permettre de répondre rapidement et de manière adéquate aux besoins médicaux sur les sites des manifestations. MSF a également donné des formations à du personnel du ministère égyptien de la Santé sur la manière de réagir efficacement lors d’afflux massifs de blessés.


MSF continue de suivre de très près la situation au Caire et dans le reste du pays, prête à fournir une assistance supplémentaire si des lacunes apparaissent dans la fourniture des soins de santé.


 

Rappelons que MSF est présente en Egypte depuis 2010 et gère deux cliniques consacrées aux soins maternels dans la région du Caire, en plus de la réponse d’urgence actuelle.

 

http://www.msf.ch/home/

 

 

Posté par richardalainjean à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 septembre 2013

Secourisme en Egypte

Les problèmes des secouristes en Egypte

 

C’était avant :

Nous espérons que maintenant, tout cela va changer ( ... ! )

 

Fawzia HADGE-DIN

 

PORTER SECOURS AUX SECOURISTES

 

secouriste Egypte

 

Des volontaires aident les secouristes à sauver les victimes des récents

affrontements entre la police et les manifestants au Caire

(Photo : Amr Emam/IRIN)

 

Au milieu de l’agitation politique égyptienne, un secteur de la société a été très largement oublié : ces secouristes qui risquent leur vie pour venir au secours des victimes des violences.

Les ambulanciers et les infirmiers disent qu’ils ne sont pas correctement protégés, ni assurés et qu’ils n’ont aucune sécurité du travail, quoiqu’ils soient de plus en plus souvent confrontés au danger et à l’hostilité depuis que le soulèvement populaire a provoqué la démise de l’ancien président Hosni Moubarak.

« Nous avons dû faire face à plus de violence et d’agressions après la révolution, » a dit à IRIN Ahmed Mohamed, un secouriste de 34 ans qui travaille pour le ministère de la Santé. « Cela devient de plus en plus courant de se faire attaquer, blesser ou même tuer. »

Au cours des derniers mois, les gens comme Mohamed se sont trouvés au centre de violents affrontements entre les polices civile et militaire et les manifestants qui réclament que soient respectés les principes de la révolution. Ils ont bravé les fusillades, les gaz lacrymogènes et les plombs (qui provoquent de graves blessures mais ne tuent pas) pour venir en aide aux victimes et les amener se faire soigner à l’hôpital.

Des centaines de secouristes se sont mis en grève à la fin du mois dernier pour réclamer assurance médicale, protection sociale et assurance vie, ainsi que des postes permanents. La grève a duré environ deux semaines, avant que les participants ne soient forcés d’y mettre fin pour répondre aux nouveaux affrontements qui ont secoué Le Caire le 4 février.

 

En pleine tempête

 

Quand des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue en janvier et en février 2011 pour demander un changement de gouvernement, Mohamed était en plein cœur de la contestation, sur la place Tahrir, comme ses collègues des autres villes, Suez et Alexandrie par exemple, pour venir en aide aux victimes. Ils ont vu des gens recevoir des balles dans la tête, d’autres dans les yeux.

Mais eux aussi se sont fait attaquer à maintes reprises. Les personnels ambulanciers se sont fait attaquer pour de l’argent ou pour leur matériel ; les secouristes pensent que les coupables sont d’anciens prisonniers qui se sont échappés durant la révolution et sont encore en liberté. (Le ministre de l’Intérieur estime leur nombre à quelque 4 500).

Dans le climat de peur et de suspicion exacerbé qui règne en Egypte, les secouristes ont aussi rencontré des attitudes agressives de la part des familles des victimes qu’ils soignent, se faisant accuser d’être partie prenante du conflit ou de ne pas faire assez pour sauver les êtres chers [de ces familles].

Quand Mohamed s’est précipité à la place Tahrir le 4 février pour venir en aide à une victime des affrontements entre les manifestants et la police, suite aux bagarres mortelles qui avaient eu lieu dans un stade de football dans la ville méditerranéenne de Port Saïd, il a été reçu à son arrivée à l’hôpital voisin avec des insultes par la famille des victimes qui l’a accusé d’être arrivé trop tard.

« Les secouristes ne prennent position ni pour un camp ni pour l’autre, et il faut que les gens le comprennent, » a déclaré Mohamed Mohei, coordonnateur de la section de la médecine d’urgence du Croissant-Rouge égyptien. « Si un secouriste se fait attaquer ou blesser, il ne sera plus en mesure d’aider qui que ce soit. »

 

Risques

 

Ahmed Mohamed est l’un des 7 000 secouristes d’urgence qui travaillent pour le ministère de la Santé égyptien. Aucun d’eux n’a d’assurance.

« Ce qui veut dire que si je tombe malade, je dois payer pour mes soins, » a expliqué Alaa Aly, un autre secouriste. « C’est ce qui se passe, de fait, depuis que j’ai commencé à faire ce travail il y a trois ans. »

Un collègue de M. Aly du gouvernorat de Monofiya dans le delta du Nil est mort il y a environ trois mois, après avoir eu un accident alors qu’il transportait d’urgence à l’hôpital des victimes en ambulance. Comme les secouristes n’ont droit à aucun type de pension, sa famille vit désormais de charité, a ajouté M. Aly.

Un secouriste a dit à IRIN qu’il avait dû payer son uniforme. Un autre a ajouté que s’il a un accident en conduisant une ambulance, c’est lui qui doit payer les dégâts.

« Certains de nos collègues ont attrapé des maladies graves, comme l’hépatite C, » a fait remarquer Saud Diab, un autre secouriste. « Comment peut-on éviter d’attraper des maladies quand on est en permanence en contact avec du sang humain ? »

 

Tests sanguins

 

Jusqu’à présent, le gouvernement ne s’est pas montré très à l’écoute des demandes des secouristes. Il a réagi à la grève en faisant passer dans les journaux des petites annonces faisant état de postes de secouristes vacants. Il oblige désormais tous les secouristes qui veulent un poste permanent et une assurance à subir d’abord des tests sanguins. Les secouristes qui ont subi des tests quand ils ont commencé à travailler, craignent d’avoir contracté des maladies au travail et de se faire licencier si leurs tests s’avèrent positifs.

Au cours d’un entretien avec IRIN, Khalid Al Khatib, responsable du département de la médecine d’urgence du ministère de la Santé, a admis que ses employés travaillaient sans contrat permanent et sans assurance, mais a nié la responsabilité du ministère.

« C’était la politique de l’Etat autrefois. Le système administratif de la nation est paralysé par un trop grand nombre d’employés, mais nous promettons que nous allons donner aux secouristes des contrats permanents et une assurance, dès que le gouvernement nous dira qu’il dispose du budget pour le faire. En réalité, les secouristes font un travail remarquable. »

 

Traumatismes

 

Ahmed Mohamed, le secouriste du ministère de la Santé, voit beaucoup d’horreurs au cours de son travail. Il se souvient d’avoir essayé de sauver une victime d’un accident de la route au Caire : quand il est arrivé à l’endroit de l’accident, il a vu des morceaux du corps de l’homme dispersés tout autour.

« Il m’arrive des choses de ce genre de temps en temps, » a indiqué M. Mohamed. « Il y a eu une montée des affrontements entre les manifestants et la police après la révolution, et ceux-ci font beaucoup de victimes. Certaines de ces victimes sont dans un état critique. La mort est en fait devenue partie intrinsèque de mon métier. »

Selon Salah Hozayen, éminent psychologue de l’Université Ain Shams, les conséquences se font sentir chez les secouristes: fatigue compassionnelle, réactions de stress aigu et troubles de stress post-traumatique. « Et dans ce cas, une intervention psychologique est indispensable pour ces personnes. »

 

Posté par richardalainjean à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 septembre 2013

Le Croissant rouge en Égypte

 

IFRC-French-logo

 

LA SOCIETE DU CROISSANT-ROUGE EGYPTIENS

 

Fawzia HADGE-DIN

egmapf

 

Adresse:

Abd El Razek Al Sanhoury Street

Nasr City, 8th district


7516 Cairo

Nom du contact:

Tél: (202) 26703979/81/83


Fax: (202) 26703967


Adresse électronique: erc@egyptianrc.org

Web: http://www.egyptianrc.org

 

Personne:

  • Dr. Yahya TOMOUM
  • President : Vacant
  • Vice-President : Mr Minister of Social Affairs
  • Secretary General : Prof. Mamdouh GABR
  • Treasurer : Mrs Magda EL SHERBINY
  • Director General : Dr. Magda EL SHERBINY

 

20130731-egypt-protest-response-main-4 

Emergency Action Teams assisting the injured during new wave of protests

 

 

Egyptian Red Crescent Society's Emergency Action teams provide first aid services to the injured in Rab'a Aladaweya Square in Cairo.

 

Raefah Makki 

 

Violent clashes in Egypt are once more being reported. Casualties are rising and hundreds of Egyptians affected by the violence need assistance. With the escalation of tension in recent weeks, the Egyptian Red Crescent Society responded to the humanitarian needs that mass demonstrations often create and immediately deployed emergency teams to help those injured and wounded on the streets of Cairo and other provinces.

Two years ago, volunteers of the Red Crescent were active in the streets and squares of Egypt during the uprising, establishing mobile health points and first aid posts to provide emergency services.

Today, with tensions growing once more, 849 volunteers in 35 sites of demonstrations across 11 governorates have been deployed to offer medical assistance, evacuate critical cases and to provide urgent medical supplies to the field hospitals in sites of the demonstrations.

Some branches provided other services and initiatives in response to the situation in their governorates during demonstrations. Volunteers have offered psychosocial support in hospitals and helped to organize and promote blood donation campaigns.  

At these difficult times, the Egyptian Red Crescent Society has also increased its efforts to talk about peace and nonviolence through awareness raising sessions and the dissemination of posters in the main squares of the governorates calling upon the protestors to act peacefully during demonstrations.

“Positive interventions were taken on many different levels reflecting the strength and the true commitment of our volunteers and for the organization to act as auxiliary to the public authorities in the humanitarian field, especially during emergencies,” said Professor Mamdouh Gabr, Secretary General of the Egyptian Red Crescent Society.

“Our volunteers have been trained to cope with all emergencies, they are working tirelessly amidst very complex context and difficult security conditions to help their communities with full impartiality and neutrality,” he said.

In light of the current situation, the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies and the International Committee of Red Cross are committed to continue to enhance the capacities of Egyptian Red Crescent Society to enable the organization to provide vital humanitarian services.

As the situation progresses, the Red Crescent will monitor events across the country to ensure  assistance can be delivered as it is needed.

 

Posté par richardalainjean à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 août 2013

Les Egyptiens sont devenus indéchiffrables

Les Egyptiens sont devenus indéchiffrables

Porpos rapportés par Abdel HAZIZ

Aucune voix n'est plus haute que celle de la politique.

Avec cet esprit, les Egyptiens ont passé leur Ramadan, et accueilli leur fête. 

"La scène est psychiquement confuse et brumeuse", lance Dr Ahmed Okacha, professeur de médecine psychique. Et le fameux psychiatre d'indiquer : "Rares sont devenus les discours du peuple égyptien autour des sujets culturels, artistiques ou autres (…) désormais, tout tourne autour de la politique, voilà le scénario qui prévalait au cours de la période passée, et qui prendrait le dessus aussi pendant les fêtes."
Un état d'angoisse et d'expectative
Dr Okacha regrette de voir cet état de chaos moral dans lequel vivent les Egyptiens. "Le seul moyen de vivre en paix est d'accélérer  la stabilité, qui n'est qu'un des conforts moraux qui permet à l'individu de travailler et de produire", a-t-il expliqué en répondant à une question sur les principaux moyens de salut. "Les Egyptiens vivent malheureusement depuis un certain temps, dans l'angoisse, l'inquiétude et dans un état d'expectative, ce qui les paralyse et les rend incapables de raisonner", a expliqué le professeur, avant de conclure : "Il existe de grandes différences entre le moral des dirigeants des islamistes et celui de leurs partisans qui campent en sit-in à Rabi’a. D'habitude, les Egyptiens étaient connus pour être un peuple capable de patience et de détermination, un peuple qui sait comment endurer sa souffrance", a réitéré Dr OKacha, en faisant savoir que la conduite des Egyptiens est devenue, à présent, pratiquement imprévisible.
Ambigus et imprévisibles
"Auparavant, on pouvait suivre une certaine carte psychique pour comprendre comment les Egyptiens pourraient agir dans certaines situations, mais à présent, toute leur conduite s'est transformée, et les traits de cette carte sont devenus indéchiffrables et ambigus, et notamment basés sur un état réactionnaire difficile à prévoir ou à expliquer", a-t-il renchéri.

 

Dr Ahmed Okacha

Professeur Ahmed Okacha

 

 

Posté par richardalainjean à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,