Les Egyptiens sont devenus indéchiffrables

Porpos rapportés par Abdel HAZIZ

Aucune voix n'est plus haute que celle de la politique.

Avec cet esprit, les Egyptiens ont passé leur Ramadan, et accueilli leur fête. 

"La scène est psychiquement confuse et brumeuse", lance Dr Ahmed Okacha, professeur de médecine psychique. Et le fameux psychiatre d'indiquer : "Rares sont devenus les discours du peuple égyptien autour des sujets culturels, artistiques ou autres (…) désormais, tout tourne autour de la politique, voilà le scénario qui prévalait au cours de la période passée, et qui prendrait le dessus aussi pendant les fêtes."
Un état d'angoisse et d'expectative
Dr Okacha regrette de voir cet état de chaos moral dans lequel vivent les Egyptiens. "Le seul moyen de vivre en paix est d'accélérer  la stabilité, qui n'est qu'un des conforts moraux qui permet à l'individu de travailler et de produire", a-t-il expliqué en répondant à une question sur les principaux moyens de salut. "Les Egyptiens vivent malheureusement depuis un certain temps, dans l'angoisse, l'inquiétude et dans un état d'expectative, ce qui les paralyse et les rend incapables de raisonner", a expliqué le professeur, avant de conclure : "Il existe de grandes différences entre le moral des dirigeants des islamistes et celui de leurs partisans qui campent en sit-in à Rabi’a. D'habitude, les Egyptiens étaient connus pour être un peuple capable de patience et de détermination, un peuple qui sait comment endurer sa souffrance", a réitéré Dr OKacha, en faisant savoir que la conduite des Egyptiens est devenue, à présent, pratiquement imprévisible.
Ambigus et imprévisibles
"Auparavant, on pouvait suivre une certaine carte psychique pour comprendre comment les Egyptiens pourraient agir dans certaines situations, mais à présent, toute leur conduite s'est transformée, et les traits de cette carte sont devenus indéchiffrables et ambigus, et notamment basés sur un état réactionnaire difficile à prévoir ou à expliquer", a-t-il renchéri.

 

Dr Ahmed Okacha

Professeur Ahmed Okacha